ministere des habous et des affaires islamiques direction des mosquées Mosquées du Maroc
Samedi 20 Safar 1441 / 19 Octobre 2019
Réalisations de la direction

Photos

photos Mosquées du Maroc

Procédures

Conventions

circulaires

Annonces

Il n'y a aucun article à afficher

islamaumaroc

23 mars 2007:Dahir n°1.07.56 (23 mars 2007) modifiant et complétant le Dahir portant loi n°1-84-150 Relatif aux édifices affectés au culte musulman

Dahir n°1.07.56 (23 mars 2007) modifiant et complétant le Dahir portant loi n°1-84-150 DU 6 MOharram 1405 (2 Octobre 1984) Relatif aux édifices affectés au culte musulman

             LOUANGE A DIEU SEUL!

    (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed VI)

        Que l'on sache par les présentes - puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur!

        Que Notre Majesté Chérifienne,

Vu la constitution, notamment ses articles 26 et 58,

                                       A DECIDE CE QUI SUIT:

Est promulguée et sera publiée au Bulletin officiel à la suite du prédent dahir, la loi n°29-04 modifiant et complétant le dahir portant loi n°1-84-150 du 6 moharrem 1405 (2 octobre 1984) relatif aux édifices affectés au culte musulman.

Fait à Marrakech, le 03 rabiï I 1428 ( 23 mars 2007)

Pour Contreseing:

Le Premier ministre

Driss Jettou

                                    *********************************

Loi n° 29-04

Modifiant et complétant le dahir portant loi n°1-84-150 du 6 moharrem 1405 (2 octobre 1984) relatif aux édifices affectés au culte musulman.

ARTICLE PREMIER

Les articles premier 2,3 et 5 du dahir portant loi n° 1-84-150 du 6 moharram 1405 (2 octobre 1984) relatif aux édifices affectés au culte musulman, sont modifiés et complétés comme suit :

« Article Premier .

le permis de construire prévu par l’article 40 de « la loi n° 12-90 relative à l’urbanisme………………………………………………………………………….. »………………………………………………………….pour la construction « ou l’extension de tous édifices affectés au culte musulman. »

« Pour l’application du présent texte, sont considérés comme « édifices affectés au culte musulman, les mosquées, Zaouïa, « sanctuaires et tous lieux où les musulmans pratiquent leur « culte. »

« Article 2.

Par dérogation aux dispositions de l’article 50 de la « loi n° 78-00 portant charte communale et de l’article 41 de la loi « n° 12-90 précitée, le permis de construire visé à l’article Premier « ci-dessus est délivré par le wali ou le gouverneur de la préfecture ou « de la province concerné après avis d’une commission comprenant :

« - les représentants des départements ministériels concernés ;

« - le président du conseil régional concerné ou son représentant ;

« - le président du conseil communal concerné ou son « représentant ;

« - le président du conseil des ouléma concerné ou son « représentant membre du dit conseil ;

« - trois personnalités connues pour leur action notoire dans

« le domaine caritatif et de bienfaisance au profit des musulmans

« désignées par le ministre des habous et des affaires islamiques.

« Cette commission est présidée par le président du conseil des « ouléma ou son représentant membre dudit conseil. »

« Article 3.

Indépendamment des conditions auxquelles doivent « satisfaire toutes constructions en vertu des prescriptions du titre III de « la loi n° 12-90 précitée……………………………………………………………………………..

« qui lui seront affectés.

« Article 5.

Toute infraction aux dispositions des articles 1, 2 et 3 « ci-dessus ou de celles de la loi n° 12-90 précitée est punie des « sanctions éditées par le titre IV de cette loi et l’arrêt des travaux……….. « ………………………..nonobstant tous recours. »

ARTICLE DEUX .

Le dahir portant loi n° 1-84-150 précité, est complété par les articles 3 bis, 4 bis et 5 bis suivants :

« Article 3 bis.

Lorsque la demande de construction des édifices « mentionnés à l’article premier ci-dessus émane de bienfaiteurs, ceux- « ci doivent à cet effet se constituer en associations instituée « conformément aux dispositions du dahir n° 1.58.376 du « 3 joumada I 1378 ( 15 novembre 1958) réglementant le « droit d’association, et régie par des statuts-type édictés « par l’administration qui prévoient, notamment, les modalités d’octroi « des aides de l’Etat qui peuvent être accordées à l’association pour « l’accomplissement de son objet ainsi que les modalités de contrôle « du ministère des Habous et des Affaires islamiques sur les activités « de la dite association.

« Après la délivrance du certificat de conformité prévu à l’article 4 « ci-dessous et sous réserve des dispositions du 3° alinéa de l’article 7 « ci-dessous , le ministre des Habous et des Affaires Islamiques peut, le « cas échéant, confier la gestion et le fonctionnement des édifices « mentionnés à l’article premier ci-dessus à l’association précitée, « selon une convention à conclure à cet effet entre ces deux parties, « après consultation des administrations concernées. »

« Article 4 bis .

Par dérogation aux dispositions de la loi n° 004-71 « du 21 chaabane 1391 (12 octobre 1971) relative aux appels à la « générosité publique, tout appel à la générosité publique ayant pour « objet la collecte de fonds en vue de la construction et l’entretien des « édifices mentionnés à l’article premier ci-dessus, est soumis à « autorisation préalable du gouverneur concerné après avis du ministère « des Habous et des Affaires Islamiques.

« Les fonds ainsi collectés doivent être obligatoirement déposés, « au nom de la personne physique ou l’association autorisée dans un « compte particulier ouvert à la Trésorerie générale selon des modalités « fixées par voie réglementaire.

« Les fonds collectés, en violation des dispositions qui précèdent, « sont saisie, en quelque main qu’ils se trouvent, à la demande du « gouverneur par ordonnance du président du tribunal de première « instance, en sa qualité de juge des référés. »

« Article 5 bis .

Toute infraction aux dispositions du premier alinéa de « l’article 4 bis ci-dessus est punie d’une amende égale à cinq (5) fois le montant saisi.

« En outre, la confiscation des sommes saisies au profit de l’Etat « est ordonnée par la juridiction.

« La publication ou l’affichage du jugement de condamnation peut « également être ordonné par la juridiction.

« En cas de récidive, dans les conditions prévues à l’article 157 du « code pénal, l’auteur est condamné à l’emprisonnement tel que prévu « audit article et à une amende égale à dix fois la somme saisie, sans « être inférieure à 200.000 DH. »

 

Voir aussi

Décret du Ministre des Habous et des affaires islamiques n° 472.06 du 9 Safar 1427( 10 mars 2006) relatif à l’appellation des mosquées et leur ouverture aux fidèles

10 mars 2006 : Arrêté n° 472.06, promulgué par le Ministre des Habous et des Affaires Islamiques, concernant l’appellation des mosquées et les horaires d'ouverture.

La loi relative aux lieux de culte musulman

10 mars 2006 : Arrêté n° 472.06 concernant l’appellation des mosquées et les horaires d'ouverture

Plus d'articles

facebook twitter youtube