ministere des habous et des affaires islamiques direction des mosquées Mosquées du Maroc
Vendredi 19 Safar 1441 / 18 Octobre 2019
Réalisations de la direction

Photos

photos Mosquées du Maroc

Procédures

Conventions

circulaires

Annonces

Il n'y a aucun article à afficher

islamaumaroc

L’architecture des mosquées

Les mosquées sont les lieux les plus aimés de Dieu, dont le Tout Puissant a autorisé qu’elles soient édifiées et que Son Nom y soit invoqué. Quand une mosquée est bâtie et que les prières y sont invoquées, que le coran y est récité, le Nom du Clément invoqué, la science y est répandue ainsi que d’autres glorieux services, alors tout ceux qui ont participé à son édifice et à la continuation des bonnes vertus pour laquelle elle a été érigée, que ce soit par leurs ressources financières ou leurs conseils, ou par n’importe quels autres efforts fournis dans ce sens, sont récompensés par Dieu.

Etant donné le rang élevé des mosquées et leur haute position, Dieu les a mise dans Sa haute estime. Le Tout Puissant a dit : «Y a-t-il plus outrageant que celui qui s’oppose à l’invocation du nom d’Allah dans Ses mosquées et qui oeuvre à leurs destructions» (Al Baqaara 114).

Dieu a dit aussi : «Seuls sont admis à fréquenter les mosquées d’Allah ceux qui croient en lui et au jugement Ultime. (Attoubah, 18). Et le Très Haut a dit encore : Lesmosquées ont pour vocation le culte d’Allah, ne priez d’autre qu’Allah.

De nombreux textes d’ordre général ont porté sur les mosquées, comme la parole divine : «Vous n’atteindrez pas la piété sans faire de dons charitables des biens que vous chérissez, et quelque charité que vous faite Dieu en a connaissance. (Al omrane, 92). Ce verset coranique invite à dépenser dans le bien, et la construction de mosquée est sans nul doute, l’un des meilleurs moyens de faire le bien.D’autres textes, citent les mosquées d’une façon plus explicite, tels que la parole du Très Haut : «[Sa Lumière éclaire] des édifices érigés selon Sa permission et où Son Nom sera invoqué ; là Allah sera glorifié, matin et soir».

Dieu a autorisé la construction et l’édification des mosquées d’une manière qui sied à leur place et leur objectif, ainsi il en est de leur maintenance et entretien. Dieu le Clément a instruit que l’édification de mosquées est une activité [digne] de prophète quand Il a dit : «Et rappelle-toi lorsqu’Abraham et Ismaïl, après avoir mené à bien la construction des assises du Temple, ont fait cette prière : Seigneur, daigne accepter de nous ce modeste ouvrage : Tu es Celui qui entend tout et dont le savoir est Transcendant.»

L’édification de mosquée étant un bienfait gratifiant, Abraham et Ismaïl prièrent Dieu d’accepter leur labeur. Ainsi, toute personne, contribuant de quelques façons que ce soit, à l’édification d’une mosquée, devrait croire qu’elle a réalisé une bonne action qui mérite récompense, et prier Dieu de l’accepter.

Le texte coranique certifie que les bâtisseurs de mosquées sont de vrais croyants. Ainsi, Dieu a dit : «seuls sont admis à fréquenter les mosquées d’Allah ceux qui croient en Lui et au jugement Ultime..» La fréquentation des mosquées est manifestée soit par la présence permanente dans la mosquée, sa grande fréquentation ou par sa construction et son entretien. Or, la fréquentation, que ce soit pour la prière ou pour la récitation du Coran et des textes sacrés, ne peut se réaliser sans qu’il y ait eu préalablement construction et entretien de mosquée.

Beaucoup de Hadiths du prophète, que le Salut et la Prière soient sur lui, ont porté sur la fréquentation et l’édification de mosquées. L’un de ces Hadiths dit : «celui qui construit une mosquée, petite ou grande soit elle, Dieu lui construira une demeure au Paradis». De plus, l’édification de mosquée est une action gratifiante même à titre posthume, se perpétue et rejoint le croyant jusqu’après sa mort.

Le Hadith dit, dans ce sens : «ce qui atteint le croyant de ses bonnes actions et bienfaits, même à titre outretombe, est : une science qu’il a enseigné et diffusé, un Livre dont il a hérité, une descendance qu’il a laissé dans le droit chemin ou une mosquée qu’il a bâti». Vu que la mosquée occupe une place prépondérante dans la religion musulmane, le Prophète Sidna Mohamed (P.S) s’est attelé, dès les premiers jours de l’Hégire, à la construction de la première mosquée de l’Islam. Cette noble action, a donné le départ au processus d’édification de multitude de mosquées partout dans le monde. Ce processus ne s’est pas arrêté jusqu’à nos jours.

D’autre part, étant donnée que le musulman est tenu de se conformer à la légalité islamique et à la morale religieuse, avant toute action, et vu la place prépondérante de la mosquée dans la cité musulmane et que de nombreux textes sont venus organiser et réglementer l’édification des mosquées, plusieurs Oulémas se sont attelés à préciser et expliquer dans le détail tous ces différents textes.

Ainsi, non seulement, on trouve de nombreux écrits émanant des Oulémas, expliquant et détaillant les différents textes se rapportant à la construction de mosquées, mais aussi d’autres contenant des volets complets sur les Hadiths de Sidna Mohamed (P.S). Parmi ces écrits on peut citer dans Sahih Moslim «le Livre des mosquées et des lieux de culte», le volet : «de la construction des mosquées et ses  obligations».

Par ailleurs, dans «le Livre de prière» de Sahih El Boukhari, on trouve plusieurs chapitres sur la construction de mosquées comme : «de la construction des mosquées» et «de l’entraide dans la construction de mosquées» ou encore «Du recours aux menuisiers et artisans pour le bois du «Minbar» et mosquée», et la section «du bâtisseur de mosquée».

Les Fqihs et Oulémas ont, ainsi, largement étudié les orientations de la religion musulmane traitant de la construction des mosquées. Les textes de la Doctrine Malékites, entre autres, contiennent diverses règles et dispositions concernant le sujet.

Parmi ces textes, on peut déceler dans le Livre «Annawazel», une vision claire de se qu’a été la construction des mosquées à l’Occident Islamique durant différentes époques.

Enfin, pour clarifier davantage les propos en ce qui concerne l’édification et la rénovation des mosquées, du point de vue de la loi musulmane, on va traiter le sujet selon les sections suivantes :

SECTION I :EMPLACEMENT DE LA MOSQUEE

Nul doute que, pour construire une mosquée, il faudrait lui choisir l’emplacement idéal, la mosquée ayant une relation étroite avec le paysage urbanistique. Le Prophète (P.S) a précisé le sens de ce paysage. Dans les textes de Aicha, il est dit que le prophète a ordonné que «la mosquée soit bâtie dans les demeures et qu’elle soit nettoyée et parfumée».

L’environnement immédiat de la mosquée doit être pris en considération, la mosquée devrait être érigée dans un espace propre, loin de tout endroit produisant des déchets ou saletés. Sa place devrait être au coeur des agglomérations pour qu’elle puisse jouer son rôle de centre de rayonnement autour duquel s’aggloméreraient les résidences et les différentes institutions et être ainsi l’objet d’intérêt du voisinage.Les Oulémas ont insisté sur la salubrité de la mosquée et de celle de son environnement.

Cheikh Al Wazzani, dans son Livre «Al miyar El Jadid», citant la réponse de Cheikh Ben Nacer sur la possibilité d’accomplir la prière dans une mosquée dans laquelle s’infiltre des poussières entrainées par les vents, a rapporté qu’il faut clore, si possible, les issues d’où proviennent ces poussières, autrement, si l’endroit comporte des impuretés mêlées à ces poussières. La prière ne serait valable que sur un linge propre.

A priori, l’une des précautions à prendre pour la construction d’une mosquée est le choix du site adéquat afin d’éviter de clore les issues. Le site devrait être, aussi, loin de toute source de pollution, les salles d’eau devraient être en dehors de la mosquée comme stipulé dans le Hadith du prophète (P.S) : «Il est conseillé de tenir loin de vos mosquée vos jeunes enfants, vos différents, vos aliénés, vos commerces, et de ne pas hausser vos voix, de ne pas poser de limites ni brandir vos sabres et de prévoir les salles d’eau aux entrées». La doctrine Malékite institut, comme stipulé dans «Miyar Al Wanchiri (p. 422, v. 8), recommande de mettre les salles d’eau à l’extérieur des mosquées.

Par ailleurs, les musulmans se sont évertués dans l’art de construction des mosquées, espaces aimés par Dieu, ont montré un intérêt particulier pour leur édification. Pour cela, ils ont fourni de larges moyens et de grands efforts.. La Dynastie Alaouite, particulièrement, a, dans ce sens de tout temps, le mérite dans l’édification, la maintenance de mosquées, ainsi que la prise en charge des personnes qui s’en occupent.

L’architecte musulman, sans dévier de la structure générale du model établi par le Prophète, a tenu compte de tous les détails dans le design de mosquées. Il a fait usage de coupoles pour les toitures, a fait preuve d’innovation en ce qui concerne les volumes, les formes et l’ornement des arcades et des voutes, et s’est intéressé spécialement aux façades et aux entrées.

Les chercheurs en matière d’architecture de mosquées dénombrent sept types architecturaux de mosquées, parmi lesquels on trouve, en premier lieu, le modèle marocain. Ce dernier se distingue principalement par sa valorisation des oratoires et l’approfondissement de son intérieur jusqu’à la forme quadrilatère ou presque, tout en valorisant le «Sahn». Les caractéristiques du modèle marocain, s’approchent considérablement de l’architecture de la mosquée du Prophète que la Prière et le Salut soient sur Lui.

SECTION II :PRECEPTES DES CONSTRUCTIONS DES MOSQUEES

Le Prophète (P.S) a établi les règles générales relatives au design et l’édification des mosquées, quand il a planifié et construit la mosquée de «QIBAA» et la mosquée de Médine. L’Imam Bokhari, dans son Livre «Sahib», a cité que d’après une information provenant de NAFII, Abdellah a dit que la mosquée du Prophète a été, de son vivant, construite de briques, les toitures de palmes et les piliers de bois de palmier. Alors que ABOU BAKR, compagnon du prophète, n’y a rien ajouté, OMAR IBN KHATTAB, autre compagnon du prophète, l’a reconstruite selon les mêmes procédés que du temps du prophète. Tandis que le compagnon OTHMANE l’a modifié en y ajoutant d’autres matériaux : les murs ont été construites de pierres taillées et de plâtres, les toitures remplacées par du bois précieux provenant de l’Inde (saj)».

Si la structure générale de la mosquée établie par le prophète a été maintenue par Ses Compagnons et ceux qui leur ont succédé, son architecture a beaucoup évolué depuis l’ère du Calife OTHMANE. L’architecture de la mosquée s’est inspirée de l’environnement qui l’entoure, que ce soit par la forme quadrilatère ou par les matériaux utilisés. Les modifications et autres élargissements apportés durant l’ère d’OTHOMANE s’expliquent par la disponibilité des ressources financières suites aux conquêtes. Ainsi, la mosquée du Prophète a été élargie, les matériaux améliorés, et même, depuis l’époque de AL WALID BEN ABDELMALEK IBN MARWANE lors du règne des derniers Compagnons, ornementée. Cependant, certains Oulémas ont récusé tout ornement de mosquées en s’appuyant sur des paroles de prophètes prohibant de tels actes, alors que d’autres les ont autorisé à condition que le but escompté soit de rehausser et ennoblir la mosquée. Dans ce sens, IBN MOUNIR a dit dans son Livre «FATH EL BARI» : «si les gens bâtissent leurs demeures et les embellissent, la mosquée en est plus digne afin de lui éviter la mésestimation. Enfin, les caractéristiques architecturales des mosquées sont restées immuables de par leurs significations et philosophies et de par les exigences d’être des espaces de culte et de sciences.

SECTION III :LES ELEMENTS ARCHITECTURAUX FONDAMENTAUX

Les styles architecturaux, ont varié malgré qu’ils aient tous gardé le cachet de l’architecture Islamique. Jusqu’au quatrième siècle, la majorité de mosquées, y compris celles marocaines, comportèrent un «Sahn» (Patio) non couvert cerné de deux ou trois côtés de pavillons tout en élargissant le pavillon de la Qibla et celui qui lui fait face.

Les architectes musulmans ont tenu à prendre en considération, dans leur design de la mosquée, les orientations du Prophètes (P.S) et surtout celle consistant à valoriser le premier rang, telle cette orientation rapportée par ABI HOUREIRA citant le prophète : «Si les gens savaient l’importance de l’appel et du premier rang, ils se seraient rués vers la première rangée». Le premier rang est l’élément essentiel définissant les plans des mosquées sous sa forme longitudinale avec un axe principal parallèle à l’orientation du mur de la Qibla conformément au Hadith du prophète. Les autres rangées viennent en complémentarité selon le prolongement de la première.

L’architecte musulman a aussi, pris en compte l’orientation du prophète : «Si le passant entre les rangées savait ce qu’il lui en coûtait, il se serait figé 40 fois au lieu de le faire». Pour cela, le designer a placé les portes de la mosquée selon des normes architecturales ne permettant pas le passage entre les rangées. C’est pour cette raison que la plupart des entrées se situent soit à l’arrière, soit sur les côtés.

Le nombre élevé de poutres est aussi un facteur qui divise les rangées, obstrue la vue de l’orateur, alors qu’il est conseillé d’être en face de celui-ci. Toutes ces contraintes ont poussé le designer à éviter au maximum la mise en place de poutre. Dans les textes du «Miyar Al Jadid», il est rapporté qu’il y avait plusieurs mosquées d’Andalousie dépourvues de toitures afin d’éviter toute poutre.

Le «Minbar» l’oratoire prend une place prépondérante dans l’architecture des mosquées, on le trouve mobile dans certains cas, fixe dans d’autres. Les oratoires mobiles sont connus dans l’Occident Islamique, tandis que les mosquées d’Orient utilisent souvent des balcons en guise d’oratoire. Le Maroc, Quand à lui, a conservé le modèle de l’oratoire du prophète sous sa forme générale, avec des escaliers, le tout casé dans une niche du côté droit du Mihrab.

Quand à l’oratoire mobile, il constitue une solution importante pour la visibilité de la première rangée. L’industrie marocaine des oratoires a progressé durant l’époque des Almoahad, l’exemple en est l’oratoire de la mosquée Al Koutoubia qui date de l’époque suscitée.

Si dans toute architecture l’orientation est un critère très important et dépend de plusieurs paramètres, l’orientation des mosquées, quand à elle, ne peut dépendre de certains de ces paramètres puisqu’elle est régie par la parole divine qui dit : «Orientes toi vers la Mosquée Sacrée, et où que vous soyez, orientez-vous vers Lui». L’orientation vers la Qibla est une condition de validité de la prière et, par conséquent, l’architecte de la mosquée doit s’assurer avant tout de la direction de la Qibla pour que l’oratoire soit orienté exactement vers elle.

L’oratoire est devenu une partie primordiale dans l’architecture des mosquées. Il n’existait pas du temps du prophète, ni durant celui des Califes. Le premier qui le créa fût OMAR BEN ABDELAZIZ. Par la suite, l’oratoire prit beaucoup d’ampleur de la part des designers et architectes des mosquées, à tel point que certains oratoires sont devenus célèbres et caractéristiques de leurs créateurs ou de leurs époques.

Comme il a porté son intérêt sur l’oratoire, l’architecte s’est intéressé aussi à la partie en face de cet oratoire en créant une coupole couvrant cette partie importante de la mosquée qui englobe le «Minbar» et la chambre de l’orateur. La coupole fit son entrée dans les mosquées, avec beaucoup de variétés dans sa géométrie et ses ornements, durant la fin du premier siècle, et est devenue partie essentielle.

Nul doute que le Sahn (patio) de la mosquée est considérée comme un élément fondamental dans la mosquée, puisque il y en avait un, non couvert, dans la mosquée du prophète. L’architecte musulman est resté fidèle à cette tradition car on a rarement trouvé une mosquée, grande ou petite soit-elle, sans Sahn correspondant à sa taille. Le Sahn est sources de lumière et d’air pour les autres parties de la mosquée. Comme il est espace supplémentaire pour les croyants quand il n’y en a plus dans les parties couvertes. Le sahn est généralement doté de fontaines à partir desquelles coule de l’eau douce utilisée pour la salubrité et donnant au Sahn une touche de beauté comme c’est le cas dans la mosquée Al Qaraouyine.

SECTION IV :LES ELEMENTS ARCHITECTURAUX COMPLEMENTAIRES

En plus des éléments fondamentaux de la mosquée, d’autres éléments ont été introduits et sont devenus partie intégrante de la mosquée. En premier lieu, on trouve le minaret qui fut introduit, comme il est dit, par MOAWIYA BEN ABI SOUFIANE dans la mosquée de Damas. Alors que OMAR BEN ABDELAZIZ fut le premier à l’inclure dans la mosquée du prophète, en construisant un minaret dans chacun des quatre coins, mesurant soixante «DIRAA» (Bras) de longueur et huit «DIRAA» (Bras) de largeur.

Les designers ont donné plusieurs formes aux minarets, ronde, carré ou hexagonale. Les géométries des minarets ont aussi varié selon les époques ainsi que les ornements et les parures. Certains minarets ont atteint un niveau inégalé de beauté de par leurs architectures et leurs ornements. Les minarets, au Maroc, se sont caractérisés par leur forme carrée, cette forme qui fut prise, comme on croit, du modèle du  dremier minaret à partir duquel BILAL appelait à la prière, à l’aube de l’Islam.

SAMHOUDI a cité dans son ouvrage «Wafae Al Wafae» : «Dans la demeure de Abdellah Ben Omar» se trouvait une esplanade orientée vers la Qibla d’où Bilal appelait à la prière en y accédant à l’aide d’escaliers en paille. Cette esplanade était carrée.»

Sans aucun doute, les premiers minarets étaient carrés ressemblant à celui de la mosquée du Prince des Croyants Sa Majesté Le Roi Mohammed VI que Dieu le glorifie et guide ses pas. Sa Majesté qui suit les traces de ses glorieux ancêtres, que Dieu lui confère le triomphe et la victoire. Que Dieu comble Sa Majesté en la personne de S.A.R le Prince Héritier Moulay El Hassan, S.A.R le Prince Moulay Rachid et l’ensemble de l’illustre famille Chérifienne.

Que Dieu agrée l’action de quiconque a contribué dans la construction d’une mosquée, a participé à sa préservation. Dieu est omni-audient et exauce les prières de Ses serviteurs.

Louanges à Dieu Souverain et Maitre des Mondes.

 

                        Professeur Ismail Khatib
             Membre du Conseil Local des Oulémas de TETOUAN

 

Voir aussi

Equipement en mosquées:nouvelles normes urbaines

Recommendations

Le minaret, origine et variété esthétique

Les tendances architecturales des mosquées marocaines

Un patrimoine sacré en péril: Les petits oratoires, mosquées et zaouïas du Sud Marocain.Proposition d’une méthode d’intervention

Les tendances de l'architecture des mosquées contemporaines

L'architecture des mosquées rurales dans la région de Tata

Allocution M. El Montacir BENSAÏD, Directeur de l’Ecole Nationale d’Architecture

Allocution du Professeur Ahmed Taoufik, Ministre des Habous et Affaires Islamiques

Edification des mosquées en rapport avec les nouvelles exigences de la mobilité des usagers

Aperçu sur l'organisation spatiale des mosquées marocaines

La mosquée, un repère dans la ville

Plus d'articles

facebook twitter youtube